Au CA du PRES "Université de Lyon", intervention intersyndicale contre langue de bois

Publié le par SUD-Etudiant Lyon

Le 29 janvier 2010, la question du Grand Emprunt était abordée par le Conseil d'Administration de l' "Université de Lyon", le Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur réunissant 20 membres parmi les établissements d'enseignement supérieur et les instituts de recherche des régions lyonnaise et stéphanoise.

"Université de Lyon" réunit les trois universités publiques lyonnaises, l'université Jean-Monnet de Saint-Etienne, les quatre Ecoles Normales Supérieures de Lyon (ENS de Lyon, ENSA, ENSATT et ENSSIB) et celle de Saint-Etienne (ENS des Mines), l'université catholique de Lyon, l'Ecole Centrale, l'IEP de Lyon, l'ENTPE, l'INSA, l'INRP, l'Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon, l'Ecole de Management de Lyon, l'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Saint-Etienne, et l'Institut Polytechnique de Lyon. Au total, 120 000 étudiants, 9 500 personnels administratifs et 11 500 enseignants-chercheurs sont concernés par les décisions prises dans cette instance.

Lors de cette réunion au sommet, à laquelle participent essentiellement des chefs d'établissements et des universitaires mais qui intègrent toutefois des personnalités extérieures et des représentants des personnels et étudiant-e-s (à noter que parmi les étudiant-e-s, seuls les doctorant-e-s sont représentés ...), l'octroi de quelques millions d'euros du Grand Emprunt par le Gouvernement a attiré la convoitise de ces messieurs. Oui, "ces messieurs", car il est à noter que sur les 51 membres de ce CA, seules 9 sont des femmes, dont 6 sont des représentantes des personnels et des étudiant-e-s ...

Mais revenons au sujet qui a été au coeur de cette sauterie. L'emballement collectif des membres du CA, déjà prêts à toutes les folies avec les millions qui leur manquent suite à la politique nationale universitaire et notamment à la LRU, les a amené à formuler un projet rempli de vide afin de répondre à l'appel à projet du Ministère. La lettre du Président de Lyon 1, Lionel Collet, à la communauté universitaire de son établissement est toutefois parlante : un projet de fusion est clairement mené, à l'image de la récente fusion des universités publiques à Strasbourg. Son annexe détaille les trois premiers "grands questionnements de recherche", en les expliquant dans un charabia rare. (A noter à la fin, une emphase sur les "campus repensés comme des éco-quartiers", ce qui prête à réfléchir lorsqu'on connait les problèmes de pollution du site de Bron (amiante et plomb dans certains bâtiments) ou quand on voit les bâtiments du campus des Quais être illuminés la nuit.)

Dans ce cadre, la même intersyndicale qui s'était opposée à la LRU l'année dernière est intervenue pour rappeller nos bons dirigeants universitaires à la raison, en signalant son opposition à l'inégalité dans la répartition des moyens budgétaires entre universités par le Ministère et en pointant du doigt les problèmes auxquels le Ministère devrait répondre prioritairement :

- l'amélioration des conditions de vie des étudiants, notamment au niveau du logement, plutôt que la sélection sociale et le renforcement des inégalités ;

- l'amélioration des formations, plutôt qu'une minorité de filières d’excellence et une majorité de formations vivotantes ;

- la formation et le recrutement d'enseignants-chercheurs, plutôt que le recours aux budgets propres des établissements pour permettre d'éventuelles créations de poste  ;

- l’amélioration des potentiels de recherche, en favorisant la création d’équipes stables et productives plutôt qu'une logique de concurrence ;

- de meilleures conditions de travail pour l’ensemble des personnels plutôt que les exigences de rentabilité sur investissement et la nécessité absolue d’obtenir des résultats jugés à l’aune des classements internationaux.

Vous pouvez lire cette intervention dans le compte-rendu de ce Conseil d'Administration par Michel Fodimbi (FSU).

Commenter cet article

BOX 06/04/2014 17:23

PIZZA BOX HOME
PIZZA LIVRAISON CONCEPT
PAR SOUSCRIPTION

FORMULE ABONNEMENT

SEMAINE 5 JOURS

25 EUROS

QUINZAINE 10 JOURS

45 EUROS


MENSUEL 20 JOURS

85 EUROS

LIVRAISON UNIQUEMENT EN SEMAINE PAS LE WEEK END

DE 17 H A 21 H

NOTRE FORMULE COMPREND

UNE PIZZA PÂTE CLASSIQUE POUR 4 PERSONNES
(PLUSIEURS VARIÉTÉS DE GARNITURES)
+
UNE SALADE

LAISSEZ VOUS SURPRENDRE PAR LA PROPOSITION DE NOTRE
CHEF PIZZAIOLO


LE CONCEPT BOX HOME
POUR LES GOURMETS

CHOISISSEZ VOTRE DURÉE D’ENGAGEMENT
SANS OBLIGATION


POUR TOUT RENSEIGNEMENT
uaspa@yahoo.com